Histoire

Du 12ème au 19ème siècle : l'hôtel Dieu

Dans le mouvement religieux suscité par les croisades, les comtes de Blois firent construire l’Hôtel-Dieu, situé sur l’actuelle Place de la Paix, autrefois dénommée Cimetière Saint Martin. On situe sa création dans la seconde moitié du 12ème siècle.

L’Hôtel-Dieu avait pour rôle essentiel de recevoir les dons des particuliers et d’offrir la charité aux mendiants et aux pèlerins.

Au 17ème siècle, la Maladrerie de Saint-Lazare est réunie à l’Hôtel-Dieu.

Vers 1732, l’appellation d’Hospice remplace le terme d’Hôtel-Dieu.

Dès 1791 existe un projet de reconstruction de l’Hospice sur l’emplacement de l’ancien couvent des Capucins, situé dans la rue éponyme.

Après la révolution de 1789, le nombre des personnes admises n’est que de six ou huit. A partir des années 1820, la situation va évoluer en sens inverse, l’Hôtel-Dieu étant considéré comme hôpital d’arrondissement. Mention est faite d’un service d’enfants trouvés et abandonnés à partir de 1802.

 

Le 19ème et la première moitié du 20ème siècles : l'hospice

C’est en 1615 qu’on trouve trace de la fondation d’une communauté monastique, sous l’égide de Charlotte des Essarts, dame des Autours et maîtresse du roi Henri IV.

Les moines furent les aumôniers de l’Hôtel-Dieu.

En 1826, le Conseil municipal décida le transfert de l’Hospice sur l’emplacement de l’ancien couvent. Le roi Charles X signe en 1828 une ordonnance autorisant la commission administrative de l’Hospice à acquérir un terrain dit «Grand Jardin», situé en face des bâtiments et enclos conventuels dit du "Grand Jardin".

L’Hospice a pour vocation d’accueillir les malades des communes avoisinantes.

Après beaucoup de patience et de persévérance, l’Hôtel-Dieu de la place Saint-Martin s’installera enfin dans les nouveaux locaux dans le courant du printemps 1835.

La chapelle de ce nouvel établissement sera consacrée par l’évêque de Blois en 1848.

L'hospice et l'ancienne maternité contigus ont été réhabilités en logements à loyer intermédiaire en 2012.

 

 

 

 

 

 

 

La cité hospitalière des 20ème et 21ème siècles

Dans la seconde moitié du 20ème siècle, le Centre hospitalier sera reconstruit sur les 24 hectares de terrain. Les bâtiments neufs ou rénovés se succèdent, à un rythme plus ou moins soutenu selon les époques et les financements.

Bloc médico-chirugical : ouverture en 1965

Quartier psychiatrique : la construction démarre en 1966 et se termine en 1970.

Acquisition de l’ancien hôtel Normant, situé face à l'hôtel de ville, transformé en maison de retraite Saint-Roch : 1975

Maison de soins et de cure médicale : 1977

Maternité-Pédiatrie (aujourd'hui démolie) : 1978

Résidence des Capucins (propriétaire : Société d’HLM Loir-et-Cher logement) : 1987

Rénovation et extension du bâtiment médico-chirurgical : 1991

Nouvelles urgences, nouveau bloc opératoire, nouvelle maternité-pédiatrie : 2005

Maison d'accueil spécialisée pour handicapés Les Courlis : 2010

 

 

 

 

 

 

Résidence Les Pics-Verts (hébergement de personnes âgées) : 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bâtiment les Magnolias (soins de suite et soins de longue durée) : 2016.